1914 - 1918. Ces Molénais morts pour la France...

centenaire armistice 1918 molene

En ce jour du centième anniversaire anniversaire de l'Armistice du 11 Novembre 1918, Molène, comme toutes les villes et vilages de France va rendre

son traditionnel hommage à ses hommes morts pour la France, pour la patrie, pour la défense de la paix et de la liberté.

100 ans après la fin de cette monstrueuse "grande guerre" de 14-18, il était plus important que d'ordinaire, de se souvenir de tous ces Molénais qui ont pris part un jour au combat contre le mal, quitte à y perdre la vie. Ce fut le cas pour neuf d'entre eux, ceux pour qui Molène a érigié ce magnifique et atypique monument aux Morts en 1926, quand enfin ses finances lui permirent de le faire...

le monument aux morts de Molène
Photo/carte postale : ©editions-goutagny-trolliet

Le jour de l'inauguration du monument aux Morts, le vendredi 24 septembre 1926, Mr Eugène Masson (Maire de l'île) rendait un vibrant hommage à ces hommes, ces héros (un feu d'artifice fut même tiré ce jour-là dans l'île - voir article complet plus bas) :

« Six ans après la plus terrible des guerres, nous sommes réunis au pied de ce monument, que la commune de Molène a élevé à la mémoire de les enfants morts pour la Patrie.
Il été construit dès que les ressources nouvelles de la commune nous en ont donné le moyen.
L'homme meurt deux fois. Son souffle abandonne son corps. Mais, vivant, son souvenir reste longtemps encore dans le cœur des siens et il n'est tout à fait disparu de la terre que quand on ne parle plus de lui et qu'on n'y pense plus. A jamais parmi nous doit persister le souvenir de nos héros.
Et quel moyen meilleur pour nous les rappeler sans cesse que le langage de ces deux statues si expressives, solides monuments qu'un peu d'entretien conservera longtemps.
Huit noms sont inscrits sur cette pierre, noms de jeunes gens et aussi de pères de famille héroïques dont les enfants sont parmi nous.
Quatre de nos jeunes marins ont péri en mer à leur poste de combat :
Marcel Gouachet et Hippolyte Masson reposent, encore dans le glorieux cercueil qu'est devenu pour
eux le vaisseau cuirassé le Bouvet; Hyacinthe Cuillandre et Sylvestre Le Bousse ont péri à Malte dans l'explosion du Saint-Laurent; Guillaume Dubosq, marin, servait à terre et tomba à Dixmude.
Nos réservistes, comme les jeunes, se sont sacrifiés pour la Patrie : Jean Marie Salou, Adrien Cam et Félix Lucas, pères de famille rappelés dans l'armée coloniale, ont succombé à leurs glorieuses blessures. Le dernier, prisonnier en Allemagne, a souffert sans vivre assez pour assister au triomphe de nos armes et à la libération. Au loin, au Sénégal, a succombé Bienaimé Dubosq. Partout sur tous les théâtres de la guerre, les enfants de Molène ont fait leur devoir.
Il est possible que notre liste, malgré toutes nos recherches, ne soit pas complète.
Ceux-là, dont les noms n'ont pu être inscrits sur les monuments, sont magnifiés par la grande tombe de l'Arc de Triomphe, où tous les soirs s'allume, pour eux aussi, la flamme ardente du souvenir.
Marins et soldats, héros de Dixmude et de Verdun, du Bouvet et de la Marne, nous ne vous oublierons jamais ! »

morts guerre molene

Cette photo est encadrée à l'église de Molène

 

Molene.fr vous poropose de :

- Lire l'article complet de la Depeche de Brest sur l'inauguration de ce monument aux Morts le 24 septembre 1926 (pdf 130ko)

- Lire l'artcile de la Depeche de Brest sur l'armistice fêté à Brest en novembre 1918 (pdf 428ko)