Le sémaphore de Molène    

         
Le sémaphore de Molène, aujourd'hui désarmé (depuis 1983), est sans doute de monument le plus caractéristique de Molène. Salutaire pour bon nombre de marins et de navigateurs, le sémaphore de Molène a longtemps fait la fierté des îliens, mais malheureusement faute d'entretien, celui-ci se dégrade de plus en plus et ne sert plus que d'amer défraîchi...
C'est pourquoi une association insulaire a été créée pour étudier les moyens de revaloriser ce joyau du patrimoine molènais !

(photo : SC)

Un peu d'histoire


C'est à partir de 1800, que la Marine Nationale décida d'élever des sémaphores sur les points les plus stratégiques de nos côtes. En ce qui concerne Molène, c'est un terrain appartenant à un certain "
Louis Ballut" qui fût choisi de par sa position culminante sur l'île.

Dès 1806, la Marine y installa une cabane et un mât sur cette parcelle de 225m² qui était à l'époque estimée à 86.40F. Pour la petite histoire, Mr Ballut dû attendre 22 ans avant d'être indemnisé de l'occupation de son terrain, en percevant enfin la somme de 172.80F...

Ce premier "sémaphore", sans tour, restera en place jusqu'à 1908, date à laquelle sera construit le sémaphore (appelé auparavant Station électrosémaphorique) que l'on connaît aujourd'hui.

(cpa ci-contre : le sémaphore du Stiff à Ouessant
- Editions Hélio 6042.
Collection : SC)

 

Il faut attendre le Second Empire pour voir une première organisation du guet maritime. Un décret du 17 Mai 1862 créait un service "électrosémaphorique" constitué d'un réseau de 134 sémaphores permettant la surveillance de tout le littoral Français. Les postes de guet assez rustiques étaient construits sur des points élevés et armés par des "guetteurs", chaque poste étant sous la responsabilité d'un "chef guetteur" et dépendant de la région maritime concernée.

A cette époque, les liaisons entre les sémaphores et les navires qui passaient à proximité étaient assurées par le télégraphe (Chappe), grâce à des mats de signalisation, ou par pavillons et signaux à bras. Pour communiquer avec le port, chef-lieu dont il dépendait, le sémaphore disposait d'un télégraphe rudimentaire alimenté par piles qui sera remplacé en 1866 par un appareil Morse.

 

cpa ci-dessus: source Skréo N°53
A l'époque où il n'avait pas son "dernier étage", ses "yeux "puissants, mais juste son mât et ses signaux.
Le sémaphore en 1896(source Henri Creach)
   

Sur une carte postale (Editions Gaby/Artaud) on peut apercevoir le sémaphore de Molène sans doute au début des années 60, avec ce qui semble être le début d'édification du dernier étage, le poste de vigie... La vigilance était toujours de tous les instants à l'époque... la preuve : (détail de la photo ci-dessous) le guetteur se demande ce que veut cet avion qui le photographie...

(Photo : Michel Le COLLEN pilote photographe aéroport Bordeaux Mérignac)
Merci à Alain Brulé pour le scan de cette carte postale...

 

Le sémaphore de Molène à la fin des années 60, au premier plan les logements de fonction des guetteurs. (Ce n'est qu'à la fin des années 70, qu'on le peint en blanc pour plus de visibilité.)

(photo gauche: Marine Nationale / ci-dessous : Jos Le Doaré)

 
C'est en 1872 que les sémaphores reçurent un canon d'alarme pour avertir la population d'un naufrage proche et permettre l'envoi du canot de sauvetage. L'usage de ce canon s'est perpétué pendant assez longtemps.

(photo : sc)

 

Les moyens de signalisation des sémaphores seront améliorés progressivement par l'adjonction de fanaux, de projecteurs électriques de plus en plus puissants, de rampes de signaux, d'ensembles émetteurs-récepteurs radiotéléphoniques.
L'apparition également de la sirène, diffusée (en nombre calculé) par des trompes énormes posées sur les toits des sémaphores. Il fallait d'ailleurs que la population apprenne à déchiffrer la nature d'une alarme selon le nombre de coups de sirène qu'elle entendait. A Molène par exemple, les îliens traduisaient ainsi le nombre de sirènes:

 

2 coups de sirène..................................Sortie du Zodiac

3 coups de sirène..................................Sortie du canot de sauvetage

4 coups de sirène..................................Sortie du canot de sauvetage + du Zodiac

5 coups de sirène..................................incendie

 

Pour info : De nos jours, il est très rare d'entendre "la sirène" à Molène. Le téléphone portable a en effet changé la façon de demander aux sauveteurs d'appareiller le canot de sauvetage...

 

   
Quant aux moyens de recherche, ils verront aussi l'apparition du radar, la veille optique restant toujours indispensable et précieuse pour le guet rapproché. Seul l'œil exercé du guetteur peut  permettre de prendre les mesures adaptées à chaque situation délicates rencontrées par les navires, les plaisanciers et les baigneurs... Malheureusement, de nos jours à Molène les guetteurs ne sont plus là, le sémaphore est fermé!!
 

Coup de gueule !
Voici un article écrit par Louis LACAZE (Président de station de sauvetage de Molène jusqu'en 1996) paru dans le Skréo N°16 de Nov. 1983
"On en parlait depuis déjà un moment de la fermeture du sémaphore. D'abord ce bruit est démenti par la préfecture maritime, puis le bruit n'est plus démenti et enfin tombe la décision de fermeture le 30 Août 1983. Décision inexorable! Manque de crédit! La couverture de l'île sera faite par CROSS-CORSEN, Ouessant et Saint-Mathieu. Seule protestation de la S.N.S.M, protestation symbolique. Mais la S.N.S.M se décide à en prendre la responsabilité et ouvrir le sémaphore en cas de sortie du canot ou de recherche d'un navire courant aux dangers dans l'Ouest de l'île. La demande faite à la préfecture maritime est acceptée moyennant un bail annuel de 463Frs. VHS, jumelles, projecteur, fusées et cartes sont restés dans la chambre de veille.
C'est par un Frelon que le déménagement du sémaphore a eu lieu. Il a du faire 3 rotations pour évacuer un matériel vétuste, bon pour les Domaines.
C'est avec amertume que les Molènais ont assister à ce désarmement. La "Royale" c'était quelque chose pour eux ! Et bien la "Royale" les a laissé tomber ! Tel est leur sentiment.
Finie la sécurité grâce à la surveillance des guetteurs. Marins pêcheurs, pêcheurs de petit goémon avec leur canot chargé, plaisanciers et retraités qui fréquentaient l'archipel de Molène, il n'y a plus d'ange gardien ! Dé...brouillez-vous !
 

Mais peut-être sera t'il un  jour "réarmé", quand un bon bateau que les radars n'auront pas pu voir, se sera perdu dans les roches de Molène. Ah si on nous avait écouté! Mais trop tard...Qui sait, ce sera peut-être un Duperré. En attendant, la S.N.S.M fera tout son possible pour éviter toute catastrophe dans l'archipel de Molène. Louis Lacaze

(photo: Valéry HACHE)

   
  Triste fin (2006)

Après avoir rendu tant de services, armé par des guetteurs animés de cette passion méconnue pour leur beau métier, le Sémaphore de Molène a fermé ses yeux et a été "désarmé" en 1983...
Avant il avait fière allure, entretenu tous les jours, repeint régulièrement pour lui conserver cette robe blanche qui permettait de le repérer de très loin sur la mer.
Je repense souvent à ces scènes de vie au pied du sémaphore qui accueillait dans des logements de fonction, les guetteurs et leurs familles... je me rappelle de ce vertige qu'on ressentait étant petit, à essayer de regarder tout en haut alors qu'on était à sa porte. Pendant quelques années, la S.N.S.M de Molène, nouveau "propriétaire" des lieux, en a fait son musée. De nombreux touristes ont pu profité de ces heures d'ouverture de visite, une petite boutique de la S.N.S.M avait même été installée dans une salle au 1ère étage. Malheureusement, l'entretien d'un tel édifice coûtait cher à cette honorable société qui ne vit principalement que de dons. Alors il a fallut se résoudre à le fermer complètement au public en attendant d'hypothétiques travaux de remise aux normes. En effet, actuellement l'escalier de bois qui mène au 1er étage n'est plus assez sécurisé, les murs épais de la tour suintent d'humidité,  les peinture s'écaillent et les boiseries sont toutes à refaire... Bref, pour un accueil au public "dans les normes", l'addition serait tout aussi salée que la Mer d'Iroise...
Bien sûr, les maquettes de canots de sauvetage sont encore là, les tableaux retraçant les différentes sorties et les grands naufrages sont encore là, bien sûr 23 ans après la chambre de veille est encore là, mais il n'y a plus personne qui regarde en permanence dans ces grandes jumelles, personne à la table à cartes, plus de bruit de VHF crachotant ses messages multilingues...

plus un bruit du tout dans le sémaphore...juste son âme qui repose en paix... D'ailleurs, c'est bien simple, pour vous imager l'ambiance solennelle qui y règne... je vous dirai que si un jour vous avez la chance de rentrer avec quelqu'un dans le sémaphore, vous pourriez vous surprendre à parler à voix basse...
En espérant que tu ne resteras pas qu'un amer, mais qu'un jour enfin tu rouvriras ta lourde porte aux touristes, aux passionnés ! SC

Vues d'en haut...
Pour ceux qui n'ont pas eu la chance d'y monter, voici quelques photos que j'avais prises en Août 2006.
   

 

Et maintenant ?

Depuis 2007, une association insulaire "Spered Ar Mor" a été créée pour tenter de sauver le sémaphore de Molène !
   

2007, une association est née pour venir en aide au sémaphore de Molène !
(Ar Skreo N°86 - 02/2007)

Le but de cette nouvelle association est d'œuvrer à la mise en valeur du sémaphore de Molène, au même titre qu'il existe des associations telles que "Les Amis de Kerjean" ou "Les Amis de Saint-Mathieu" qui ont été créées pour aider à la remise en état d'un patrimoine particulier.

Tout le monde a pu constater que le sémaphore de Molène est fermé depuis quelques temps et que les bâtiments annexes sont dans un état de délabrement lamentable. D'où la création de cette association qui va essayer de revitaliser tout cet ensemble pour en faire un lieu de visite, de culture, d'expositions, etc... afin de favoriser tous événements liés au monde maritime et insulaire. Tout ce travail se ferait avec le soutien d'instances officielles : Conseil Général, Communauté de communes du Pays d'Iroise... Bon vent !

 

 

Pour faire plus ample connaissance avec cette association
rendez-vous sur la page : Spered Ar Mor

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plan du site Molene.fr