Mammifères marins de Molène    

         
Le phoque gris
Généralités
 

Le phoque gris est un mammifère carnivore de la famille des phocidés.
L'espèce présente un dimorphisme sexuel. Les mâles adultes ont, en moyenne, une taille de 207 cm pour une masse de 233 kg ; les femelles, plus légères et moins trapues, pèsent 155 kg et mesurent 180 cm. Les mâles présentent un profil fort et busqué alors que les femelles ont un front légèrement concave et plus gracile. Le pelage des animaux est en général différent d'un sexe à l'autre : les mâles sont plutôt de coloration uniforme et sombre alors que les femelles ont une robe crème sur le ventre et grise sur le dos, marquée de larges taches sombres. Ces critères de coloration ne sont pas d'une fiabilité totale pour l'identification du sexe des individus, en particulier des jeunes. Chez le phoque gris, le cycle annuel est marqué par deux principaux évènements : la reproduction et la mue. Deux à trois semaines après la mise-bas, les femelles sèvrent les jeunes appelés "blanchon", en raison de la couleur de leur fourrure. La copulation a lieu dans les jours qui suivent, puis les colonies se dispersent laissant les jeunes de l'année sur place. Quelques semaines plus tard, les animaux se rassemblent à terre pour la mue annuelle après avoir reconstitué les réserves de graisse perdues au cours de la reproduction. Les femelles sont de retour au bout de 14 semaines et les mâles de 22 semaines. La mue dure environ 15 jours. (d'après Site Espace des Sciences)      (Photo :Quentin Cuillandre)

 
Dans l'archipel de Molène
 

L'archipel de Molène et l'archipel des Sept-Îles sont les 2 seuls sites Français où se reproduisent régulièrement les phoques gris.

Pourquoi Molène? Car l''archipel de Molène est constitué de nombreuses île et îlots implantés sur un vaste plateau sous-marin parsemé d'innombrables récifs et hauts-fonds et dont la profondeur excède rarement 20 mètres. Les courants de marée, plus ou moins forts selon leur localisation, balaient quotidiennement ces zones. La multitude et la disposition de ces îlots (protégés comme réserves par l'UNESCO), les phénomènes de marée et les obstacles naturels constituent en fait l'endroit idéal pour ces mammifères !

A molène tout le monde connait l'existence de ces phoques sur certains îlots de l'archipel, mais ce sont les pêcheurs qui préfèrent éviter de les croiser sur leurs lieux de pêche... inutile de rester dans un coin de pêche si un phoque sort sa tête de l'eau pour sourire au pêcheur. Ce sourire est synonyme de... c'est pas la peine que tu restes là, tu n'attraperas pas grand-chose !
(Photo : Jean Maout)

La présence du phoque gris en Bretagne est connue depuis de très nombreuses années mais l'évaluation des effectifs et du statut reproducteur de cette population est restée longtemps un point très obscur.

La première observation connue de phoques gris sur la côte atlantique française remonte à l'âge de pierre. Elle nous a été transmise sous la forme d'un bois de renne gravé, trouvé dans une grotte du Périgord, qui montre un mâle et une femelle de phoque gris, aisément identifiables tant le dessin est précis, poursuivant un saumon ou une truite. Plusieurs millénaires après, des phoques sont signalés en Bretagne et sur la côte atlantique par divers écrits assez imprécis publiés aux seizième et dix-huitième siècles . En 1954, une naissance aurait été constatée par les habitants de Ouessant. Mais il faudra attendre encore 1973 pour enfin prouver une mise bas de phoque gris en Iroise. Une deuxième reproduction ne sera observée que dix ans plus tard. Entre-temps, de nombreux échouages de jeunes animaux sont enregistrés, principalement en hiver, et quelques reprises de bagues suggèrent que nombre de ces individus erratiques proviendrait de colonies britanniques en pleine expansion.

Aujourd'hui, on peut estimer la population totale de phoques dans l'archipel de Molène à un minimum de 45 individus.(d'après Site Espace des Sciences)

Les phoques gris de Molène sont au centre d'un vaste programme de recherche commencé il y a plusieurs années et  principalement piloté par Océanopolis à Brest ainsi que différentes universités Française. Ces recherches ont pour but, en équipant certains phoques Molènais de balises type "ARGOS" d'étudier leurs comportements, leurs trajets dans l'archipel mais aussi leurs migrations vers les mers du Nord. Ces balises tombent naturellement au bout d'un certain, quand l'animal sera en période de mue. L'analyse de ces études est riche d'enseignements et les résultats sont passionnants !

 
Précisions d'André Le Bousse :
Sa présence dans l'archipel est certainement très ancienne. La preuve en est que nos marins de jadis ont donné son nom, en breton, à une roche située dans le sud sud-est de Bannec :la roche de  "MEN AL LEUEOU" (orthographe non garantie). Cette roche borde le chenal du même nom qui permet  d'aller de Molène à Ouessant en suivant la route ainsi définie:
Départ rade de Molène:
1 - Le Moine à gauche de roc'h ar Goulm au 272°
2 - L'amer de Lédenez par l'Ar Guest au 293°
3 - Les Trois Pierres plus près du menhir que des Vranig 268°
4 - Le Pen Ven par le coté droit d'une roche noire à droite de Balanec au 247°
5 - Le phare du Stiff par Roc'h Hir au 333°
6 - Le moulin Nord de Molène par Men Ar Leueou au 291°
On arrive ainsi au sud de Kéréon dégagé de toute roche.

Une légende signale qu'autre fois, lorsque les pêcheurs empruntaient ce chenal, les phoques perchés sur la roche, leur lançaient des cailloux, les marins prenaient peur et s'écartaient du chenal...
(entendu par mon père dans le bistro de "la mère des marins" sa maman)


Un lanceur de cailloux?
(Photo : Jean Maout)

     
Petite anecdote...

Cette photo de Jean Maout est vraiment très belle, mais son auteur a eu ce jour là une grosse frayeur... Le phoque qui dormait au soleil sur sa roche ne s'est pas trop inquiété du niveau de la mer qui descendait. Jean s'est approché avec son canot pour le photographier. Le phoque voyant le canot arriver de plus en plus près, a pris peur et a décidé de sauter à l'eau au dernier moment... entre le rocher et le plat-bord ! Je vous laisse imaginer la peur de Jean et les conséquences si ce phoque avait sauté sur le canot...

Autres photos de Jean Maout : (prises aux abords de Balanec)

Autres photos de Quentin Cuillandre : (prises dans l'archipel de Molène lors des sorties en kayak de mer)
   


Compagnie de phoques à Litiry - Frédéric Le Mouillour

Le grand dauphin
Généralités
 

Le grand dauphin blanc est un mammifère marin, le plus familier de la famille des dauphins et on le croise régulièrement au large dans l'archipel de Molène. Il est aussi appelé "Souffleur","tursiops" ou "dauphin à gros nez". Il communique par des séries de sons émis grâce à son "melon", un sac nasal situé au niveau du front. Il aime essentiellement vivre et se déplacer en groupe. Adulte, il mesure entre 2 et 4 mètres et peut vivre jusqu'à 35 ans.

Il a un sens du toucher extrêmement développé, sa peau est très riche en nerfs surtout près de la tête. Il apprécie la présence humaine dans l'eau et sur l'eau, il n'est d'ailleurs pas rare que les pêcheurs et les plaisanciers croisant sur zone, se fassent "escortés" par des bancs entiers de grands dauphins ! On connaît bien son caractère "joueur", mais son intelligence est également depuis longtemps reconnue dans le monde scientifique.
Plusieurs belles histoires vraies racontent à ce sujet, le côté sauveteur et héroïque du dauphin lors de situations critiques pour des nageurs et de plaisanciers malchanceux à travers le monde.

   
Dans l'archipel de Molène
Photos de Ronan & Quentin Cuillandre :
Comme je vous le disais, il n'est pas rare de croiser des dauphins dans l'archipel de Molène. Les photos ci-dessous ont été prises par Ronan et Quentin Cuillandre. N'oubliez pas que Quentin vous propose en saison, une façon originale de découvrir l'archipel de Molène et la possibilité d'approcher au plus près de ces mammifères : La location de Kayak de mer à Molène !
   
   

un sacré joueur...
 
Photos de Myriam et Henri Creach
Les photos ci-dessous ont été prises par Myriam et Henri Créach en Décembre 2007. Alors qu'ils étaient accostés au port du Conquet et qu'ils allaient appareiller pour Molène, ils ont eu la visite d'un dauphin solitaire qui visiblement avait très envie de jouer. Tout d'abord avec la bouée du canot et ensuite engageant une course poursuite folle avec eux sur le chemin du retour...(Merci à eux pour ces photos)
   

Jean Floc'h le dauphin
 
Ce dauphin-là, serait plutôt du genre solitaire! A plusieurs reprises le célèbre dauphin caractériel a été aperçu à Molène depuis l'année 2007. Si les Molènais ont appris à s'en méfier comme de la peste, certains plaisanciers de passage ont eu la malchance d'assister à ses jeux dangereux... De plus, cet été-là, quelques embarcations dans le port en avaient encore fait les frais, notamment le vedette de la Réserve Naturelle pourtant amarrée à son corps-mort. (Photos : Liliane)
   

 

 

 

Plan du site Molene.fr